Site icon Tendance au masculin

Essai Jeep Compass 4xe hybride rechargeable

jeep-compass-4xe-my21

Le Jeep Compass, SUV compact sorti en 2017, devenu depuis un best-seller, imposait son style européen pour la marque américaine. Résolument plus petit que le Cherokee ou encore le grand Cherokee. Il reprenait à son compte les lignes de ses cousins yankee pour contraster avec la forme plus cubique du Renegade qui de son côté rendait hommage à la forme du Wrangler.

Dans une période de transition avec les annonces que l’on connait pour la fin des moteurs thermiques, Jeep comme de nombreux autres constructeurs anticipent ce changement avec une annonce faite ce mois-ci, à savoir la fin de commercialisation des moteurs thermiques au profit uniquement de l’hybride avant l’arrivée en fin d’année d’une Jeep EV c’est à dire 100% électrique.

C’est donc dans ce contexte que Jeep a sorti l’année dernière le restylage de son SUV iconique avec une version PHEV.

Alors quid de son facelift de mi-parcours?

Et bien, si l’extérieur n’a pas vraiment évolué (et en même temps il n’en avait pas spécifiquement besoin).
Il a bénéficié d’un nouveau coup de crayon sur la planche à dessin pour redynamiser la calandre iconique 7 fentes. Les phares avant passe entièrement en Led pour l’occasion et les feux de jour remontent pour être intégrés avec les phares principaux.

Mais c’est surtout à l’intérieur que le changement est le plus visible et apprécié.
Il faut rappeler qu’à l’époque, Compass se positionnait aux alentours de 25.000€ pour conquérir une clientèle nouvelle qui ne connaissait Jeep que via les images de films où l’on voit ces 4×4 grimper des murailles.

Le confort sans être « rudimentaire » était un cran en dessous de la gamme Cherokee qui nous plongeait dans le haut de gamme. Désormais ce petit défaut de jeunesse est gommé avec une nouvelle planche de bord horizontale et des inserts qui changent en fonction de la finition choisie.

Technologie embarquée dans le Compass 4xe

On gagne également en technologie avec un écran tactile de 8 à 10 pouces selon la finition, équipé avec Uconnect 5 (l’OS crée par FCA désormais Stellantis) qui permet surtout une connexion sans fil avec Apple Carplay et Android Auto. Je ne m’étend pas sur le sujet, si vous me lisez régulièrement vous savez que je suis quasi un militant de cette connectique avec nos smartphones préférés. Je préfère largement un Waze à un GPS maison et j’apprécie de retrouver mes playlists Spotify ou mes podcast préférés lorsque que je conduis.

Concernant les assistants à la conduite, on retrouve une belle combinaison dans l’air du temps avec le régulateur de vitesse adaptatif qui modifie automatiquement la vitesse en fonction du véhicule devant soi.
La camera située à l’avant sait lire et reconnaitre les panneaux de signalisation et peut même si vous le souhaitez réguler votre vitesse avec ces informations. Vous avez peur de vous ennuyez sur la route avec toutes ces fonctions? Pas de Soucis, Compass détecte également la somnolence et en cas d’urgence fera un freinage autonome si un piétons ou un cycliste se risquait à vouloir tester vos reflexes. Pour le reste des équipements, je vous renvoie sur la fiche détaillée Jeep Compass car soyons honnête, elle sera toujours plus précise et complète que ce que je peux vous énumérer.

Motorisation du Compass 4xe

La gamme hybride rechargeable est proposée avec deux puissances à savoir 190 ch et 240 ch, jumelées à une transmission automatique à six vitesses et à quatre roues motrices eAWD.
Dans le détail nous avons donc :

Associé à un moteur électrique de 60 ch qui offre 50 km d’autonomie en mode tout électrique en ville.
Pour des trajets du quotidien comme le travail, déposer les enfants à l’école et faire quelques courses au supermarché, à condition d’avoir une prise de recharge à disposition, on peut dire que vous avez la possibilité de ne jamais entendre le moteur thermique et surtout de ne plus passer à la pompe. Et si l’aspect économique ne vous « intéresse » pas, bien entendu cela permet également et surtout de baisser drastiquement les émissions de CO2 (surtout si vous roulez uniquement en électrique auquel cas, cela approche de 0 bien entendu).

Mon essai du Compass 4xe

L’ajout de l’électrique offre un gain de puissance avec une accélération plus franche. Bien entendu on n’arrive pas au niveau des regrettées motorisations SRT en v8 de 468ch mais on offre un second souffle à des motorisations qui devaient supporter les presque 2 tonnes du jouet.
Sur route, qui était la majeure partie de mon essai, on retrouve le confort feutré des Jeep Cherokee.
Un effort a été fait sur les bruits ambiants que l’on pouvait avoir sur la première génération. Ce modèle purement européen est parfait pour nos routes étroites. Je n’ai pas eu l’occasion de faire un vrai test de consommation/autonomie, mais de source sûre d’un utilisateur régulier, le pari est réussi.

Et une version TRAILHAWK® parce que Jeep c’est des franchiseurs

Chez Jeep, on fait des 4×4 et ça il ne faut pas l’oublier. Si Compass est parfait pour nos routes, les versions grand public ne sont pas spécifiquement faites pour franchir un mur. C’est là qu’intervient comme à son habitude la version Trailhawk « Trail Rated » qui comprend un traitement de calandre spécifique, une
plaque de protection plus visible et des jantes en alliage spécifiques de 17 pouces chaussées de
pneumatiques quatre saisons.

Jeep Compass 4xe à partir de de 46 450 €

Jeep Compass 4xe Trailhawk à partir de de 51 000 €

Quitter la version mobile