Le jour où j’ai lu 50 nuances de Grey

50 nuances de Grey, vous en avez obligatoirement entendu parler. C’est Le phénomène littéraire après Twilight et Harry Potter.
A l’occasion de la sortie au format poche de la Trilogie Fifty Shades et avant la sortie du film (en février 2015, vous avez donc le temps de lire la trilogie cet été sur la plage) , je me suis penché sur le fameux pavé de la littérature érotique moderne.

50 nuances de GreyComment ce qui ne devait-être qu’une simple fanfiction de la série Twilight a pu se retrouver au top des classements des ventes?
Tout simplement parce que E.L James la romancière parle explicitement de scènes érotiques mélangeant le sadisme et le masochisme.

L’histoire de 50 Nuances de Grey

L’histoire pourrait sembler banale, Anastasia Steele, une jeune étudiante naïve, avec du charme mais ne l’exploitant pas va découvrir l’amour et plus si affinités avec l’Homme inatteignable, multi-millardaire Christian Grey.
Le pitch ressemble à s’y méprendre à Twilight, si ce n’est que le secret caché de mr Grey n’est pas d’être un vampire …

La suite de l’histoire, un peu longue à démarrer, s’étend sur les 7 premiers chapitres avant que l’on ne rentre dans le vif du sujet. On y parle virginité, prince charmant, grand amour et d’un homme qui tombe amoureux de la fille banale alors qu’il est entouré de jolies mannequins blond.

On comprend tout de suite ce qui a fait le succès de ce roman, il utilise tous les codes des comédies romantiques pour attirer la ménagère avant de lui coller des scènes crues en pleine tronche. Car oui, E.L. James à du sacrément se documenter pour moderniser la littérature érotique et se démarquer des romans Harlequin, on se croirait dans un livre du marquis de Sade, si ce n’est qu’ici on ne prend pas pitié pour la pauvre soubrette qui se fait trousser. L’héroïne  de 50 nuances ne subit pas (enfin pas toujours).

Mon avis sur 50 nuances de Grey

Malgré une mise en place des personnages et de l’histoire horriblement longue, une fois entrer dans le cœur du sujet, on avale les pages à la vitesse grand V. L’évocation des scènes érotiques est particulièrement fourni en détail et laisse songeur, ami masculin, si tu viens à lire ce roman sur la plage pense à te rafraîchir régulièrement dans l’eau froide 😉
Est ce que j’aurais le courage de lire la trilogie jusqu’au bout? peut-être, oui en fonction des prochaines sorties littéraires car j’ai un peu peur que l’on se lasse vite de ces deux personnages qui ont pourtant une palette de nuances à nous offrir.

La trilogie Fifty Shades est disponible au format poche :

50 nuances de Grey, 6.56€
50 nuances plus sombres, 6.56€
50 nuances plus claires, 6.56€

La trilogie est également disponible en version Ebook mais ça sera l’objet d’un prochain article très prochainement 😉

3 Comments

  1. Isabelle de Guinzan
    16 mars 2014
    Reply

    Toujours pas lu de mon côté (j’ai de plus en plus l’impression d’être un alien sur cette planète… ^^). Sans doute justement que l’idée que je m’en fais avec les descriptions bien fournies évoquées ici me rebute un peu : je préfère justement un texte plus évocateur qui laisse plus place à MON imagination… 🙂

    • Cela se tente Isabelle, même si c’est très très évocateur, cela reste de la littérature érotique, de plus le premier volume n’est au final pas si SM que ça. C’est avant tout une histoire d’amour “impossible” comme peut l’être Twilight ou de nombreux romans Harlequin.

Laisser un commentaire