Comment ouvrir un bar branché ?

Créer un endroit convivial et branché n’est pas chose aisée. Pourtant, rien n’est plus agréable que de se poser un soir dans un bar pour boire quelques coups entre amis. Alors voici quelques conseils pour ouvrir un établissement digne de ce nom, capable d’intéresser les foules.

Dans un premier temps, il faut statuer sur une thématique, quelle sera votre ambiance générale dont découlera la décoration. Un bar tout blanc façon hôpital n’a jamais mis à l’aise personne. En revanche, un peu de couleur, avec des tableaux, des unes de journaux ou encore des objets accrochés au mur, peuvent donner un petit charme à votre établissement. Ensuite, n’hésitez pas à vous doter de petites comme de grandes tables avec des fauteuils confortables en cuir. Des grands sièges vous permettant de vous accouder au bar peut également s’avérer agréable, donnant lieu à une atmosphère un peu cosy.

Les bars branchés en vogue en ce moment sont les “roof tops” ces bars situés au derniers étages des immeubles avec une vue imprenable sur la ville ou le paysage environnant. Mais comme un emplacement comme cela est très difficile à trouver, vous pouvez également vous orienter vers un bar caché, très à la mode à New York, les adresses de ces bars ne se communiquent que par les réseaux sociaux ou le bouche à oreille. Sur Tours, nous avons par exemple l’EBK qui s’inspire de ce modèle, il s’agit d’un bar installé dans un ensemble de constructions vouées à la destruction. Mais comme le projet de reconstruction est bloqué, le bar a pu s’installer en bénéficiant d’une magnifique terrasse ensoleillée et surtout aucun voisin. Ils ont pris le parti de ne pas mettre d’enseigne, ni aucun signe distinctif à l’extérieur et pourtant ce bar à cocktail complètement hipster ne désemplie pas soir après soir et surtout soirée après soirée 😉

Vous pouvez également partir sur une thématique complètement folle comme ce bar à petit déjeuner au lit ouvert par Ikea en Angleterre où il faut réserver à l’avance pour avoir la chance de venir lézarder en pyjama en brunchant au lit.ikea-breakfast-cafe

Après avoir visualisé en détails son bar, il faut suivre quelques étapes indispensables à l’ouverture de son établissement :

  • Le permis d’exploitation. Cette formation est obligatoire, que les boissons soient alcoolisées ou non, le propriétaire doit suivre cette étape. Plusieurs organismes proposent de faire passer cette formation, c’est le cas du Moins en Cher en Formation. Ce permis d’exploitation est alors valide pour une durée de 10 ans, au-delà il faudra le renouveler.
  • Licence de boissons. Un bar sans boisson n’est pas un bar. C’est pourquoi il faut déterminer quel type de boisson son établissement doit vendre pour acheter la licence en fonction. Il faut remplir plusieurs critères tels qu’un casier judiciaire vierge de certaines peines. En France, la licence IV permet de vendre n’importe quelle boisson.
  • Formation hygiène alimentaire. Dans le cas où le bar vend de la nourriture, au moins un des employés doit avoir suivi cette formation.
  • Formalités juridiques. Au-delà de l’autorisation de la Sacem pour toutes diffusions de musique dans un bar, le propriétaire doit déclarer son établissement auprès de sa mairie. De même, il doit rédiger des annonces légales. Pour les phobiques de la paperasse, des sociétés comme Centrale d’annonces légales proposent de le faire.

En bref, pour ouvrir un bar branché il faut de l’imagination mais aussi suivre les formations obligatoires. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire