L’étoile Bleue – dernière maison close de Tours

Aujourd’hui, J’ai visité la dernière maison close de Tours … Qui a fermé ses portes en 1946 (ouf l’honneur est sauf).
A l’occasion des journées du patrimoine, le bâtiment qui sert de siège à la Jeune Chambre Économique de Tours ouvre grand ses portes et accueillent les visiteurs au sein de son ancien bar ou de la chambre du curé.
Petit tour du propriétaire qui a bien changé depuis sa glorieuse époque.

etoile bleue porte entree
Porte d’entrée avec la célèbre mais discrète étoile bleue

L’étoile bleue de 1920 à 1946

Si la bâtisse date du XVe siècle, la décoration art-deco et l’usage du lieu remonte à 1920.

etoile bleue - fresque a restaurer
Fresque du grand salon, oeuvre du peintre Jacquemin, dessinateur satirique du journal local de l’époque. il s’agit d’un pastiche de “Coursing II”, gravure du peintre Louis Icart

A cette époque, située dans l’ancienne rue des prêtres, l’étoile bleue était un rendez-vous incontournable pour les ouvriers qui venaient boire un verre au bar et plus si affinités avec les 8 occupantes de l’établissement.
Gérées d’une main de fer par une tenancière, les occupantes étaient nourries, logées et blanchies. Toutes majeures avec une majorité à 21 ans, celles-ci avaient une espérance de “vie” jusqu’aux alentours des 35 ans.
Pour le plaisir des clients, elles étaient régulièrement “revendues” aux 8 maisons closes de la ville afin que les habitués du lieu ne se lassent pas.

etoile bleue fresque chambre cure
fresque chambre située dans la “chambre du curé”, la salle d’attente de l’étoile bleue depuis laquelle les clients pouvaient observer les occupantes et régler les frais auprès de la tenancière

En échange de cela, elles payaient leurs impôts et avaient une visite obligatoire chez le médecin chaque semaine. Le sida n’existait pas encore, mais la syphilis était encore une maladie mortelle que l’on ne soignait pas avec un simple antibiotique.

etoile bleue carnet de sante
Carnet de santé des occupantes de l’étoile bleue

L’activité principale de l’étoile bleue perdure jusqu’au début de la seconde guerre mondiale avant de voir son statut évolué avec l’arrivée des officiers allemands.

etoile bleue fresque Jacquemin
Autre fresque de Jacquemin dans la chambre du curé. Cette scène représente l’amant qui besogne la femme de l’artisan tonnelier sous son nez.

Sous l’occupation, la maison close monte en gamme, désormais chacune des chambres de l’étage se voit doter d’une douche pour ses occupantes comme pour les soldats allemands. Et le nouveau videur du lieu est un soldat de l’armée allemande qui note scrupuleusement chaque passage de soldat ainsi que le nom de l’occupante. Une inspection de l’engin du soldat était pratiqué à l’entrée. On ne rigolait pas avec les règles de santé publique à l’époque du Reich. Le but n’étant pas de s’occuper de la bonne santé des dames mais bien d’éviter toute épidémie dans les rangs de l’armée allemande …

etoile bleue glace sans teint dans la chambre du cure
Glace sans teint dans la chambre du curé afin d’observer le grand salon.

A la fin de la guerre, le nouveau gouvernement français déclare, en avril 1946, les maisons closes illégales et celles ci doivent changer d’activité ou être vouées à être démolies.

etoile bleue representation du bar
représentation du grand salon simulée informatiquement

L’étoile bleue se verra refusé le statut de bar de quartier et la tenancière et son mari se résoudront à louer des chambres de bonnes pour les habitants du quartier.
Après l’assassinat du mari de la tenancière et l’emménagement de l’amant de l’époque à sa place. Le lieu devient squat de sans abris.

etoile bleue - neon du bar
Le néon bleu est revenu au dessus du bar du grand salon grâce à un don d’une entreprise locale.

L’étoile bleue de 1978 à nos jours

A la mort de Madame Andrée, la dernière tenancière de l’étoile bleue, en 1961. Le lieu tombera en décrépitude jusqu’à la mort de l’amant Monsieur Albert, qui mourut de la syphilis entouré de sa vingtaine de chats et de milliers de boites de ron-ron vides.

etoile bleue la tenanciere
la tenancière et son autorisation d’exercer.

Sous les années Jean Royer, le nouveau plan d’urbanisme prévoit de raser tout le quartier pour faire place à des logements sociaux. Des étudiants de l’époque se mobiliseront pour sauver ce lieu historique. Sans projet précis, le lieu reste vacant jusqu’à l’arrivée de la Jeune Chambre Économique. Achetée pour une somme presque symbolique, le bâtiment deviendra le siège de l’association. L’histoire raconte d’ailleurs que l’association de Tours est une des rares en France à être propriétaire de son siège sociale et bien sûr la seule à avoir racheté une maison close.

Depuis la fin des années 80, la JCE récolte des fonds afin de restaurer ce lieu historique au passé sulfureux.
Seul le rez-de-chaussée est restauré puisque le premier étage à été transformé en salle de réunion de la JCE et le dernier étage est aujourd’hui occupé par de vrais locataires.
Nouveauté de la rentrée 2017, chaque dernier vendredi du mois, un cocktail musical est organisé au bar de l’étoile bleue afin d’aider au financement des restaurations des fresques et peintures d’origines.
Plus d’infos sur la page Facebook de l’étoile bleue.

etoile bleue exterieur
Batisse du XVème siècle avec sa décoration art deco des années 1920. On note l’étoile sur les tuiles du toit et les mosaiques au mur.

Un grand merci au guide du jour qui nous a restitué l’histoire tirée du livre “Les petites bottines… Histoires des Lupanars et autres lieux de plaisirs galants en la bonne ville de Tours depuis l’origine jusqu’à nos jours”

etoile bleue fresque murale chambre cure
Gros plan sur la fresque murale de la chambre du curé.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire