Peugeot 508SW – essai de la voiture qui m’a réconcilié avec les breaks

Les breaks et moi c’est un grand désamour que je crie haut et fort depuis toujours.
N’étant ni chasseur, ni bricoleur du dimanche, ni déménageur et ne possédant ni chien ni enfant … Le break pour moi c’est juste une voiture a qui on a rajouté un gros coffre carré pour mettre plein de trucs dedans…

Et pourtant, force de constater que dans le cœur des conducteurs et notamment des français, cela représente 60% du marché face aux berlines.
il était donc logique que Peugeot nous propose une déclinaison de son nouveau vaisseau amiral la magnifique 508 que j’ai pu testé cet été à Monaco.
Reste à voir si les designers ont bien travaillés pour proposer un break qui puisse me plaire (spoiler, la réponse se trouve dans le titre de l’article)

Direction le sud du Portugal et plus précisément les routes de Cascais pour tester les différentes motorisations en situation avec des routes de montagnes, des bords de mer, des portions d’autoroutes.

Le design – on prend le même et on recommence ?

De face, la ressemblance est frappante entre la berline et le break. Calandre, crocs du lion dans la signature lumineuse, tout y est.

A l’intérieur? Il n’y avait besoin d’aucun changement, le petit volant sport, le i-cockpit, l’écran tactile et ses touches pianos, ses fauteuils enveloppants. Il n’y a que les passagers arrière qui gagnent un poil de confort en hauteur notamment avec le design du coffre.

Et c’est bien entendu, vu de derrière que tout change. Fini le coupé fastback et place au break. Les designers ont réussi un pari fou : Rendre un break sympathique à la vue. Un véritable challenge, mélange de silhouette basse et dynamique qui permet à 508SW de garder des lignes athlétiques tout en offrant de l’habitabilité et du volume de coffre (jusqu’à 1780 litres).

Au final, le break ne s’allonge que de 4cm par rapport à la très grande berline pour atteindre les 4.79m ce qui lui permet de garder la même tenue de route.

crédit photo : miss280ch.com

Les motorisations

Côté motorisation, pas de surprises on reprend les mêmes que pour la berline à savoir :

2 versions essences élaborées autour du moteur 1.6L PureTech :

  • PureTech 180 S&S EAT8
  • PureTech 225 S&S EAT8 (version GT uniquement)
Peugeot 508sw cascais

4 versions diesel En Diesel construites autour des motorisations 1.5L et 2,0L BlueHDi :

  • BlueHDi 130 S&S BVM6, l’entrée de gamme et la seule offre avec boîte mécanique à six rapports
  • BlueHDi 130 S&S EAT8
  • BlueHDi 160 S&S EAT8
  • BlueHDi 180 S&S EAT8

Nous avons eu l’occasion d’essayer plusieurs motorisations avec ma copilote du jour Raphaëlle de miss280ch et le verdict est sans appel. Le plaisir de conduite est bien là et la première motorisation à 130ch fait le job sans être un foudre de guerre. Et bien entendu les versions 180ch et surtout 225ch auront les faveurs des amateurs de puissance et de vitesse. Tout l’intérêt d’un choix de motorisation aussi large est que chacun puisse trouver le juste rapport puissance/prix qui conviendra à ses besoins.

crédit photo : miss280ch.com

En résumé, je ne peux dire qu’une chose, la montée en gamme opérée avec la berline 508 fonctionne parfaitement sur ce break. On vient caresser les moustaches du leader des breaks à savoir Volvo V60 et renvoyer les allemands de leur côté de la frontière.

Nouveau break Peugeot 508SW à partir de 33.600 € dès le mois de Janvier en concession.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.